علوم الحياة و الأرض
اهلا بك أخي الزائر نرجوا أن تستفيد من هذه الزيارة
زيارة موفقة بإذن الله
بمساهمتك يتطور المنتدى وشكرا

علوم الحياة و الأرض

تربوي تعليمي يعتني بمادة علوم الحياة و الأرض
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثالتسجيلدخول
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
المواضيع الأخيرة
» مجموعة فروض
الجمعة 23 أكتوبر 2015 - 4:45 من طرف asmart2012

» تشريح عين ثور
الخميس 12 ديسمبر 2013 - 20:44 من طرف عبد الحميد

» مجموعة فروض 9 أساسي علوم الحياة والأرض
الإثنين 28 أكتوبر 2013 - 22:38 من طرف rim hela

» بوربنت القلب و الدوران للسنة ال9 أساسي
الثلاثاء 24 سبتمبر 2013 - 13:43 من طرف فتحي الجربي

» موقع لتلاميذ 9 اساسي علوم الحياة والأرض
الأربعاء 18 سبتمبر 2013 - 8:54 من طرف funweb

» دليل الحياة البرية في تونس
الأربعاء 29 مايو 2013 - 10:47 من طرف aboussami

» مجموعة فروض
الإثنين 18 فبراير 2013 - 19:43 من طرف ابراهيم الدخيلي

» قرص صلب في الهواء
الأحد 29 أبريل 2012 - 16:04 من طرف aboussami

» sujet bac2011
الخميس 6 أكتوبر 2011 - 21:11 من طرف Admin

دخول
اسم العضو:
كلمة السر:
ادخلني بشكل آلي عند زيارتي مرة اخرى: 
:: لقد نسيت كلمة السر

شاطر | 
 

 Les théories d’apprentissage

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
Admin
avatar

عدد المساهمات : 39
الشكر : 3
تاريخ التسجيل : 28/04/2010

مُساهمةموضوع: Les théories d’apprentissage   الإثنين 11 أكتوبر 2010 - 21:07

.
1Qu’est- ce qu’apprendre ?
L’apprentissage est un processus non observable de réorganisation des structures
cognitives. Ce processus est finalisé, visant à acquérir de nouvelles connaissances,
d’habiletés, d’attitudes ou à modifier des acquis antérieurs, ce qui se traduit par un
changement durable des comportements dont l’objectif est de s’adapter à soi même et à
son environnement
La conception transmissive de l’apprentissage, très ancienne, prétend que " pour apprendre,
l’élève doit être attentif, écouter, suivre, imiter, répéter et appliquer ". Le savoir dispensé en
milieu scolaire est présenté comme un objet extérieur à la cognition. En outre, les méthodes
pédagogiques sont, dans une large mesure, conçues pour faciliter l'appropriation d'un savoir
réifié, objectif, communicable ou transmissible, généralement selon deux voies privilégiées: le
langagier et le visuel. Quelques auteurs utilisent l’image de la boîte vide qu’il s’agirait de
remplir, pour définir ce modèle.
2. Les modèles d’apprentissage
Actuellement, certains didacticiens s’accordent pour regrouper les modèles de l’apprentissage
selon trois courants : le modèle transmissif, le modèle béhavioriste et le modèle socioconstructiviste
(Gagnebin, Guignard et Jaquet, 1997).
2.1. Le béhaviorisme
Selon cette approche, l’apprentissage est une modification du comportement provoqué par les
stimuli venant de l’environnement. C'est surtout Burrhus F Skinner (1904-1990) un
psychologue américain qui a développé cette approche et en a tiré une pratique pédagogique.
L’apprentissage peut être obtenu par l'utilisation de récompenses appelées " renforcements
positifs " (ex. : nourriture chez le rat de laboratoire, bonnes notes chez l'élève) et de punitions
appelées " renforcements négatifs " (ex: choc électrique chez le rat, mauvaises notes chez
l’élève). Cette procédure s’appelle " conditionnement opérant ". Skinner a critiqué le mode
d'enseignement traditionnel essentiellement fondé sur des renforcements négatifs et a proposé
de remplacer ceux-ci par des renforcements positifs. Sa théorie est à l’origine de
l’enseignement programmé. Le béhaviorisme radical est énoncé par J. Watson en 1913.
Quand on parle de comportement, on entend tout mouvement, activité ou manifestation
observables et mesurables d'un organisme.
2.2. Les associationnistes :
La psychologie cognitive qui s'est développée à partir des années 60, a progressivement
détrôné la théorie béhavioriste. Les psychologues cognitivistes tentent de comprendre ce qui
se passe dans la boite noire du psychisme humain. Le sujet ne se contente pas d’assimiler des
données brutes: il les sélectionne et les met en forme. Des spécialistes de diverses disciplines
(neurosciences, intelligence artificielle, linguistique,...) s’associent dans ce programme de
recherche. Nombreux sont les domaines explorés par la psychologie cognitive.
2.3. La gestalt-théorie ou psychologie de la forme
Au cours de la période 1930-1960, les théoriciens de la psychologie de la forme (ou
gestaltistes) se sont radicalement opposés aux béhavioristes. Des expériences effectuées avec
des singes mettent en évidence que la résolution d’un problème ne résulte pas de simples
conditionnements, mais supposent également la compréhension de schèmes d’action
complexes articulés entre eux. Par exemple, Wolfang Kohler a observé comment les
chimpanzés apprenaient à attraper des bananes situées à l’extérieur de leur cage, grâce à un
bâton. C'était le fruit d’une période de tâtonnements, d’une phase très courte de réflexion, puis
d'une soudaine compréhension (insight) de la solution. Max Wertheimer a affirmé que les
apprentissages proposés aux élèves dans les écoles sont ennuyeux et ne font pas assez appel à
la compréhension par insight et donc à une pensée véritablement créatrice. Les représentants
de ce mouvement sont : Wertheimer, koffka et Köhler, la gestalt est un mot allemand
signifiant «forme globale» ou «forme organisée».
2.4. Les approches développementales cognitives
Jean PIAGET (1896-1980) Affirme qu’au cours de son développement intellectuel, l’enfant
passe par différents stades:
- l'intelligence sensori-motrice (de la naissance à deux ans)
- l'intelligence prélogique ou symbolique (deux ans à sept huit ans)
- l'intelligence opératoire concrète (sept-huit ans à onze-douze ans)
- l'intelligence opératoire ou formelle (à partir de douze ans) qui consacre l'accès véritable à
l'abstraction: l'enfant est capable de raisonner sur un problème en posant des hypothèses a
priori. Selon Piaget, cette séquence est à la fois déterminée génétiquement et dépendante de
l'activité du sujet sur son environnement. L'intelligence se construit grâce au processus
d’équilibration des structures cognitives, en réponse aux sollicitations et contraintes de
l'environnement. Deux actions y contribuent, l'assimilation et l’accommodation.
L’assimilation est l'action de l'individu sur les objets qui l'entourent, en fonction des
connaissances et aptitudes acquises par le sujet. Mais il y a inversement une action du milieu
sur l'organisme, appelée accommodation, qui déclenche des ajustements actifs chez ce
dernier. On appelle " constructivisme ", cette approche basée sur l'interaction sujetenvironnement.
2.5. Le socio-constructivisme
L'approche historico-culturelle de Vygotski
Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste
de l'apprentissage, mais qui insiste surtout sur la composante sociale. " Dans notre conception,
dit-il, la vraie direction de la pensée ne va pas de l'individuel au social, mais du social à
l'individuel. " Selon lui, la pensée et la conscience sont déterminées par les activités réalisées
avec des congénères dans un environnement social déterminés. Il considère que chaque
fonction supérieure apparaît deux fois au cours du développement de l'enfant: tout d'abord
dans une activité collective soutenue par l'adulte et le groupe social; dans un deuxième temps,
lors d'une activité individuelle, et elle devient alors une propriété intériorisée de l'enfant. Le
rôle de l'enseignant est important puisque " ce que l'enfant est en mesure de faire aujourd'hui à
l'aide des adultes, il pourra l'accomplir seul demain. ". La distance entre ce que l'enfant peut
effectuer seul et ce qu'il peut faire avec l'aide d'un adulte est la " zone proximale de
développement ", espace sur lequel l'apprentissage doit s'effectuer.
Les interactions sociales
Gilly (1995) définit ces interactions de guidage par " les interactions dans lesquelles un sujet
naïf est aidé par un sujet expert (adulte ou enfant plus avancé que le naïf) dans l’acquisition
d’un savoir ou d’un savoir-faire ". Cette orientation est à l’origine des pratiques pédagogiques
mettant en avant toute forme de régulation effectuée par un individu plus qualifié et donc apte
à apporter une forme de soutien à l’apprenant.
Le deuxième pôle s’intéresse aux interactions caractérisées par une symétrie des statuts et des
rôles entre pairs. Les courants expérimentaux qui se sont intéressés à ce type d’interactions
ont le mérite d’avoir clairement démontré qu’un bénéfice cognitif peut apparaître sans que
l’un des deux partenaires soit plus compétent que l’autre. Cependant, comme le signalent
Johsua et Dupin (1993), " le progrès n'a pas toujours lieu : " C’est lorsque les sujets ne
maîtrisent pas encore les coordinations cognitives en jeu dans l’effectuation de la tâche qu’on
peut constater cette avance. Par contre la supériorité du groupe n’est plus retrouvée lorsque
les coordinations impliquées sont acquises par chacun" (Perret-Clermont, 1981). En
revanche, des progrès sont possibles même si aucun des sujets ne maîtrise totalement les
opérations nécessaires pour la tâche ".
Définition et origines du conflit socio-cognitif
Certaines recherches se sont penchées sur les bénéfices cognitifs résultant directement
d’interactions entre pairs. Elles ont permis de remarquer que ces interactions génèrent un
processus appelé " conflit socio-cognitif " qui conduit l’apprenant à réorganiser ses
conceptions antérieures et à intégrer de nouveaux éléments apportés par la situation.
- Doise, Mugny et Perret-Clermont (in Johsua & Dupin, 1993) affirment qu’une opposition
entre deux sujets, lors de situation d’interaction sociale, permet d’engendrer un conflit sociocognitif
dont la résolution - qui implique pour le sujet une décentration et une reconsidération
de son propre point de vue grâce à des phénomènes d’argumentation et de communication
entre apprenants - permettra de générer un progrès cognitif
.

_________________
سبحان الله
و الحمد لله
و لا إلاه إلا الله
و الله أكبر
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://svtgafsa.pro-forums.us
 
Les théories d’apprentissage
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
علوم الحياة و الأرض :: المنتدى البيداغوجي :: مسائل بيداغوجية-
انتقل الى: